home
 
Millennium Music Poetry  LE LIVRE DES CHANTS

 

download     essence  Alpha et Omega (pdf)

Table des matières   essence  Alpha et Omega  
   

deutsch

english

italiano

français    
 


C. 


I.
Des images intérieures

II. De la raison des seigneurs

 


I.  Imagination of mankind – des images du Cœur

'Aveuglé par Iblis'1 – car l'union de Dieu et Maître révèle »la parole« qui détermine la puissance souveraine : „cette explication matérialiste de la vie qui considère ‚la femme sans Dieu‘ comme une machine physiologique ou une machine économique“ (Musil, Le Merle) – on veut oublier que la destinée de »Vénus et génie«2 provoque ces processus qui organisent de manière culturelle la création »humanité«.

1Il dit: "Je ne puis me prosterner devant un homme que Tu as créé à partir d'une matière sèche crissante
{argile sèche qui émet un son}, d'une boue noire malléable". (Qur'an, Sourate 15:33)

2En ce temps-là, Moïse et les Israélites chantaient ce cantique au Seigneur ; ils disaient : "Je chante un cantique au Seigneur,
car il est haut et élevé. Il jeta dans la mer les chevaux et les chars. Le Seigneur est ma force et mon chant ;
il est devenu mon Sauveur. Il est mon Dieu, je le louerai ; le Dieu de mon père que je célébrerai.je le glorifierai.

La prophétesse Miriam prit le tambour dans sa main, et toutes les femmes la suivirent
au rythme du tambour et en dansant. Miriam leur chantait : Chantez un cantique au Seigneur,
car il est haut et exalté ! Il jeta dans la mer les chevaux et les chars. (Exode 15:1-2, 20-21)


Dans le cosmos, lorsque les galaxies sont si proches les unes des autres, elles s'arrachent mutuellement les étoiles en raison de leurs propres forces gravitationnelles : sans l'esprit de culture de l'âme révélé des hommes, les femmes tournent comme une dynamo dans la matière, semblables à des trous noirs, chauffant les nuages de matière qui les entourent; lorsque les utérus entrent en collision
1, il se produit une interaction entre les mères et ces enfants qui sont autour comme des étoiles. Cependant, les forces gravitationnelles modifiées font également en sorte que des galaxies isolées deviennent une galaxie unique et universelle.

1En ce temps-là, deux prostituées vinrent se présenter devant le roi. L'une d'elles dit : "S'il te plaît, Seigneur, cette femme et moi habitons dans la même maison et j'ai accouché en sa présence. Le troisième jour après mon accouchement, cette femme a également accouché. Nous étions ensemble ; il n'y avait pas d'étranger dans notre maison, il n'y avait que nous deux. Or, le fils de cette femme mourut pendant la nuit, car elle l'avait écrasé dans son sommeil. Elle s'est levée au milieu de la nuit, m'a pris mon enfant pendant que ta servante dormait, et l'a couché à ses côtés. Quant à son enfant mort, elle le déposa à mes côtés. Au petit jour, quand je me suis levée pour allaiter mon enfant, il était mort. Mais le matin, quand je l'ai regardé de près, ce n'était pas mon enfant que j'avais mis au monde. L'autre femme s'écria : "Non, mon enfant est vivant, et le tien est mort. Mais la première répondit : "Non, ton enfant est mort, et le mien est vivant. Elles se disputèrent donc devant le roi. (Livre des Rois 3,16-22)


La foi est un satellite de la Grande Féminité ; sa force culturelle réside dans le subconscient, l'émotion du désir le plus céleste. Lorsque la volonté de la 'connaissance du Père' brille, le doux clair de lune encourage cette inconscience de mère puissante, dans laquelle notre paresse à l'égard de la compassion a été apprise. Le miroir lunaire de son âme est le Genius Musici qui, en écoutant »la parole de l'univers«, s'éveille à ce principe qui apparaît dans le 'déclin de la religion’. Le feu de l'esprit créatif produit la »Nouvelle Terre« qui se lève comme un soleil. Du cœur et du sentiment, la couronne d'épines de l'arbre de Sisyphe1, rayonne la force du soleil. Du vent solaire, de la 'sagesse insufflée de Dieu' (Bonaventura), brillent la lune et les étoiles.2

1Allez-vous vous disputez avec lui au sujet de ce qu'il voit? Et il le vit descendre une autre fois,
près du cyprès, à l'extrémité du chemin, près du jardin de la demeure. Lorsque le cyprès fut recouvert
de ce qui le recouvrait, le regard ne se détourna pas et ne dépassa pas la mesure. (Coran, Sourate 53.12-17)

2Le roi Nabucodonosor fit une statue d’or : elle était haute de soixante coudées, large de six coudées. Il l’érigea dans la plaine de Doura, dans la province de Babylone. Le roi Nabucodonosor fit rassembler les satrapes, les préfets, les gouverneurs, les conseillers, les trésoriers, les juges, les magistrats et tous les fonctionnaires des provinces, pour qu’ils viennent à l’inauguration de la statue érigée par le roi Nabucodonosor. Alors, les satrapes, les préfets, les gouverneurs, les conseillers, les trésoriers, les juges, les magistrats et tous les fonctionnaires des provinces se rassemblèrent pour l’inauguration de la statue qu’avait érigée le roi Nabucodonosor. Ils se tenaient là, debout, devant la statue que le roi Nabucodonosor avait érigée.

Le crieur public proclama avec force : « Vous, peuples, nations et gens de toutes langues, on vous l’ordonne :Quand vous entendrez le son du cor, de la flûte, de la cithare, de la harpe, de la lyre, de la cornemuse et de toutes les sortes d’instruments, vous vous prosternerez et vous adorerez la statue d’or que le roi Nabucodonosor a érigée. Celui qui ne se prosternera pas et n’adorera pas sera jeté immédiatement au milieu d’une fournaise de feu ardent. » Alors, à l’instant même où tous entendirent le son du cor, de la flûte, de la cithare, de la harpe, de la lyre, de la cornemuse et de toutes les sortes d’instruments, tous les peuples, nations et gens de toutes langues se prosternèrent et adorèrent la statue d’or que le roi Nabucodonosor avait érigée.

Là-dessus, à ce moment, des devins s’approchèrent pour dénoncer les Juifs. Prenant la parole, ils dirent à Nabucodonosor : « Ô roi, puisses-tu vivre à jamais !Toi, ô roi, tu as ordonné que tout homme qui entendrait le son du cor, de la flûte, de la cithare, de la harpe, de la lyre, de la cornemuse et de toutes les sortes d’instruments se prosternerait pour adorer la statue d’or. Celui qui ne se prosternerait pas et n’adorerait pas serait jeté au milieu d’une fournaise de feu ardent. Tu as confié l’administration de la province de Babylone à des Juifs : Sidrac, Misac et Abdénago. Eh bien, ô roi, ces hommes n’ont pas tenu compte de toi ! Ils ne servent pas tes dieux, ils n’adorent pas la statue d’or que tu as érigée. »

Alors Nabucodonosor, pris d’une violente colère, ordonna qu’on lui amène Sidrac, Misac et Abdénago. Et ces hommes furent amenés devant le roi. Le roi Nabucodonosor leur parla ainsi : « Est-il vrai, Sidrac, Misac et Abdénago, que vous refusez de servir mes dieux et d’adorer la statue d’or que j’ai fait ériger ?

Êtes-vous prêts, maintenant, à vous prosterner pour adorer la statue que j’ai faite, quand vous entendrez le son du cor, de la flûte, de la cithare, de la harpe, de la lyre, de la cornemuse et de toutes les sortes d’instruments ? Si vous n’adorez pas cette statue, vous serez immédiatement jetés dans la fournaise de feu ardent ; et quel est le dieu qui vous délivrera de ma main ? »

Sidrac, Misac et Abdénago dirent au roi Nabucodonosor : « Ce n’est pas à nous de te répondre. Si notre Dieu, que nous servons, peut nous délivrer, il nous délivrera de la fournaise de feu ardent et de ta main, ô roi. Et même s’il ne le fait pas, sois-en bien sûr, ô roi : nous ne servirons pas tes dieux, nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as érigée. »

Alors Nabucodonosor fut rempli de fureur contre Sidrac, Misac et Abdénago, et son visage s’altéra. Il ordonna de chauffer la fournaise sept fois plus qu’à l’ordinaire. Puis il ordonna aux plus vigoureux de ses soldats de ligoter Sidrac, Misac et Abdénago et de les jeter dans la fournaise de feu ardent. Alors, on ligota ces hommes, vêtus de leurs manteaux, de leurs tuniques, de leurs bonnets et de leurs autres vêtements, et on les jeta dans la fournaise de feu ardent. Là-dessus, comme l’ordre du roi était strict et la fournaise extrêmement chauffée, la flamme brûla à mort les hommes qui y portaient Sidrac, Misac et Abdénago. Et ces trois hommes, Sidrac, Misac et Abdénago, tombèrent, ligotés, au milieu de la fournaise de feu ardent.

Or ils marchaient au milieu des flammes, ils louaient Dieu et bénissaient le Seigneur. Azarias, debout, priait ainsi ; au milieu du feu, ouvrant la bouche, il dit :« Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères, loué sois-tu, glorifié soit ton nom pour les siècles !Oui, tu es juste en tout ce que tu as fait ! [Toutes tes œuvres sont vraies ; ils sont droits, tes chemins, et tous tes jugements sont vérité. Tes sentences de vérité, tu les as exécutées par tout ce que tu nous as infligé, à nous et à Jérusalem, la ville sainte de nos pères. Avec vérité et justice, tu as infligé tout cela à cause de nos péchés.] Car nous avons péché ; quand nous t’avons quitté, nous avons fait le mal : en tout, nous avons failli. [Nous n’avons pas écouté tes commandements, nous n’avons pas observé ni accompli ce qui nous était commandé pour notre bien. Oui, tout ce que tu nous as infligé, tout ce que tu nous as fait, tu l’as fait par un jugement de vérité. Tu nous as livrés aux mains de nos ennemis, gens sans loi, les plus odieux des renégats, à un roi injuste, le pire de toute la terre. Maintenant, nous ne pouvons plus ouvrir la bouche : ceux qui te servent et qui t’adorent n’ont plus en partage que la honte et l’injure.] À cause de ton nom, ne nous livre pas pour toujours et ne romps pas ton alliance. Ne nous retire pas ta miséricorde, à cause d’Abraham, ton ami, d’Isaac, ton serviteur, et d’Israël que tu as consacré. Tu as dit que tu rendrais leur descendance aussi nombreuse que les astres du ciel, que le sable au rivage des mers.

Or nous voici, ô Maître, le moins nombreux de tous les peuples, humiliés aujourd’hui sur toute la terre, à cause de nos péchés. Il n’est plus, en ce temps, ni prince ni chef ni prophète, plus d’holocauste ni de sacrifice, plus d’oblation ni d’offrande d’encens, plus de lieu où t’offrir nos prémices pour obtenir ta miséricorde. Mais, avec nos cœurs brisés, nos esprits humiliés, reçois-nous, comme un holocauste de béliers, de taureaux, d’agneaux gras par milliers. Que notre sacrifice, en ce jour, trouve grâce devant toi, car il n’est pas de honte pour qui espère en toi. Et maintenant, de tout cœur, nous te suivons, nous te craignons et nous cherchons ta face. Ne nous laisse pas dans la honte, agis envers nous selon ton indulgence et l’abondance de ta miséricorde. Délivre-nous en renouvelant tes merveilles, glorifie ton nom, Seigneur. Qu’ils soient tous confondus, ceux qui causent du tort à tes serviteurs ! Qu’ils soient couverts de honte, privés de tout pouvoir, et que leur force soit brisée ! Qu’ils sachent que toi, tu es le Seigneur, le seul Dieu, glorieux sur toute la terre ! »

Les serviteurs du roi qui les avaient jetés dans la fournaise ne cessaient d’alimenter le feu avec du bitume, de la poix, de l’étoupe et des sarments, et la flamme s’élevait de quarante-neuf coudées au-dessus de la fournaise. En se propageant, elle brûla ceux des Chaldéens qu’elle trouva autour de la fournaise. Mais l’ange du Seigneur était descendu dans la fournaise en même temps qu’Azarias et ses compagnons ; la flamme du feu, il l’écarta de la fournaise et fit souffler comme un vent de rosée au milieu de la fournaise. Le feu ne les toucha pas du tout, et ne leur causa ni douleur ni dommage.

Puis, d’une seule voix, les trois jeunes gens se mirent à louer, à glorifier et à bénir Dieu en disant :« Béni sois-tu, Seigneur, Dieu de nos pères : à toi, louange et gloire éternellement ! Béni soit le nom très saint de ta gloire : à toi, louange et gloire éternellement ! Béni sois-tu dans ton saint temple de gloire : à toi, louange et gloire éternellement ! Béni sois-tu sur le trône de ton règne : à toi, louange et gloire éternellement ! Béni sois-tu, toi qui sondes les abîmes : à toi, louange et gloire éternellement ! Toi qui sièges au-dessus des Kéroubim : à toi, louange et gloire éternellement ! Béni sois-tu au firmament, dans le ciel, à toi, louange et gloire éternellement ! Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur : À lui, haute gloire, louange éternelle ! Vous, les anges du Seigneur, bénissez le Seigneur : À lui, haute gloire, louange éternelle ! Vous, les cieux, bénissez le Seigneur, et vous, les eaux par-dessus le ciel, bénissez le Seigneur, et toutes les puissances du Seigneur, bénissez le Seigneur ! Et vous, le soleil et la lune, bénissez le Seigneur, et vous, les astres du ciel, bénissez le Seigneur, vous toutes, pluies et rosées, bénissez le Seigneur ! Vous tous, souffles et vents, bénissez le Seigneur, et vous, le feu et la chaleur, bénissez le Seigneur, et vous, la fraîcheur et le froid, bénissez le Seigneur ! Et vous, le givre et la rosée, bénissez le Seigneur, et vous, le gel et le froid, bénissez le Seigneur, et vous, la glace et la neige, bénissez le Seigneur ! Et vous, les nuits et les jours, bénissez le Seigneur, et vous, la lumière et les ténèbres, bénissez le Seigneur, et vous, les éclairs, les nuées, bénissez le Seigneur ! À lui, haute gloire, louange éternelle ! Que la terre bénisse le Seigneur : À lui, haute gloire, louange éternelle ! Et vous, montagnes et collines, bénissez le Seigneur, et vous, les plantes de la terre, bénissez le Seigneur, et vous, sources et fontaines, bénissez le Seigneur ! Et vous, océans et rivières, bénissez le Seigneur, baleines et bêtes de la mer, bénissez le Seigneur, vous tous, les oiseaux dans le ciel, bénissez le Seigneur, vous tous, fauves et troupeaux, bénissez le Seigneur : À lui, haute gloire, louange éternelle ! Et vous, les enfants des hommes, bénissez le Seigneur : À lui, haute gloire, louange éternelle ! Toi, Israël, bénis le Seigneur, Et vous, les prêtres, bénissez le Seigneur, vous, ses serviteurs, bénissez le Seigneur ! Les esprits et les âmes des justes, bénissez le Seigneur, les saints et les humbles de cœur, bénissez le Seigneur, Ananias, Azarias et Misaël, bénissez le Seigneur : À lui, haute gloire, louange éternelle ! Il nous a délivrés des enfers, sauvés du pouvoir de la mort, il nous a tirés de la fournaise ardente, retirés du milieu du feu. Rendez grâce au Seigneur : il est bon, éternel est son amour !Vous tous qui adorez le Seigneur, bénissez le Dieu des dieux ; chantez et rendez grâce : éternel est son amour ! »

Alors, le roi Nabucodonosor fut stupéfait. Il se leva précipitamment et dit à ses conseillers : « Nous avons bien jeté trois hommes, ligotés, au milieu du feu ? » Ils répondirent : « Assurément, ô roi. »Il reprit : « Eh bien moi, je vois quatre hommes qui se promènent librement au milieu du feu, ils sont parfaitement indemnes, et le quatrième ressemble à un être divin. » Alors Nabucodonosor s’approcha de l’ouverture de la fournaise de feu ardent. Il appela : « Sidrac, Misac et Abdénago, serviteurs du Dieu Très-Haut, sortez et venez ici ! » Alors Sidrac, Misac et Abdénago sortirent du milieu du feu. Les satrapes, les préfets, les gouverneurs et les conseillers du roi, s’étant rassemblés, regardèrent ces hommes : le feu n’avait pas eu de pouvoir sur leurs corps, leurs cheveux n’avaient pas été brûlés, leurs manteaux n’avaient pas été abîmés et l’odeur de feu ne les avait pas imprégnés.

Et Nabucodonosor s’écria : « Béni soit le Dieu de Sidrac, Misac et Abdénago, qui a envoyé son ange et délivré ses serviteurs ! Ils ont mis leur confiance en lui, et ils ont désobéi à l’ordre du roi ; ils ont livré leur corps plutôt que de servir et d’adorer un autre dieu que leur Dieu. Voici ce que j’ordonne à tous les peuples, nations et gens de toutes langues : Si quelqu’un parle avec insolence du Dieu de Sidrac, Misac et Abdénago, qu’il soit mis en pièces et sa maison transformée en décombres. Car aucun autre dieu ne peut délivrer de cette manière. » Et le roi assura la prospérité de Sidrac, Misac et Abdénago, dans la province de Babylone.
(Daniel 3:1-97)


La forêt malade ne meurt pas seule, mais tue en mourant ses destructeurs ! (Victor Schauberger)
Conscience Planétaire
  La force d'amour de la Mère Divine veut venir en aide à la planète Terre, apparaître, pour s'imprégner de Son environnement. Il s'agit maintenant de créer des instituts de formation et d'éducation dans lesquels les hommes apprennent à donner l'esprit créatif de telle sorte que les femmes évoluent par l'amour en tant que 'déesses de la paix'. Si »Dieu Amour« est 'Immaculée Conception', il doit se trouver dans le cœur de chaque homme. Celui qui veut comprendre cela doit adorer l'idole féminine de l'Immaculée, pour enfin apprendre à comprendre que les hommes prennent trop de liberté dans le monde : tout est leçon de compassion pour Notre-Dame, pour partager Ses détresses et Son désespoir. Mais les hommes sont-ils vraiment prêts à partager les soucis et besoins des femmes et des enfants dans le monde, à participer à la dépression et au désespoir des âmes qui viennent maintenant sur la planète Terre, à leur offrir une nourriture spirituelle, à aider l'humain par leur service, à donner de la pitié à cet être qui a besoin de vous {Notre-Dame} ? Une puissance économique masculine hésite encore à sacrifier son temps, son argent, ses plaisirs et ses commodités pour investir dans des instituts de formation indispensables à la construction de la paix dans le monde – pourquoi ?

L'essence de la femme At every step of evolution, one's realization of God changes
La féminité doit en se formant intérieurement se confronter à l'environnement, en faisant ressortir progressivement l'essentiel d'elle-même dans son »Dieu et Seigneur bien-aimé« adoré. Au cours de la deuxième phase de leur vie, les femmes parviennent à se représenter l'espace-temps des hommes comme un espace visuel réel, de sorte que le haut et le bas, la juxtaposition et la succession des 'ouvriers dans la vigne'
1 apparaissent logiquement. Si les hommes construisent entre-temps des bordels à l'infini, l'amour des femmes tombe dans le fini – et c'est la guerre.

1En effet, le royaume des Cieux est comparable au maître d’un domaine qui sortit dès le matin afin d’embaucher des ouvriers pour sa vigne. Il se mit d’accord avec eux sur le salaire de la journée : un denier, c’est-à-dire une pièce d’argent, et il les envoya à sa vigne. Sorti vers neuf heures, il en vit d’autres qui étaient là, sur la place, sans rien faire. Et à ceux-là, il dit : “Allez à ma vigne, vous aussi, et je vous donnerai ce qui est juste.” Ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures, et fit de même. Vers cinq heures, il sortit encore, en trouva d’autres qui étaient là et leur dit : “Pourquoi êtes-vous restés là, toute la journée, sans rien faire ?” Ils lui répondirent : “Parce que personne ne nous a embauchés.” Il leur dit : “Allez à ma vigne, vous aussi.” Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant : “Appelle les ouvriers et distribue le salaire, en commençant par les derniers pour finir par les premiers.” Ceux qui avaient commencé à cinq heures s’avancèrent et reçurent chacun une pièce d’un denier. Quand vint le tour des premiers, ils pensaient recevoir davantage, mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d’un denier. En la recevant, ils récriminaient contre le maître du domaine :“Ceux-là, les derniers venus, n’ont fait qu’une heure, et tu les traites à l’égal de nous, qui avons enduré le poids du jour et la chaleur !” Mais le maître répondit à l’un d’entre eux : “Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi. N’as-tu pas été d’accord avec moi pour un denier ? Prends ce qui te revient, et va-t’en. Je veux donner au dernier venu autant qu’à toi :n’ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mes biens ? Ou alors ton regard est-il mauvais parce que moi (pour les autres), je suis bon ?” C’est ainsi que les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers. (Matthieu 20:1-16)


Sur terre, je vois ‚la guerre et la maladie‛. À qui incombe la responsabilité du dilemme ? D'une manière ou d'une autre, nous tous. Les hommes qui ont provoqué cela – les femmes qui ont laissé faire pendant des décennies. Les malheurs croissants dans le monde sont essentiellement liés au fait que l'autonomie féministe enseigne un érotisme très éloigné de la spiritualité de la bodhisattva. Au plus tard, cependant, lorsque le petit-fils est né, les filles ont le pressentiment d'être dans une misère bien plus grande que celle dont leurs mères ont conscience... lorsqu'elles voient comment la grand-mère du diable s'adresse au petit-fils : Tout le monde prie la princesse comme déesse, et moi, première mère de la nature, créatrice des éléments, éternel soutien de tout l'univers, dois-je être profanée par la bassesse terrestre ? Petit-fils, mon grand Amor, venge ta grand-mère ! Cette jeune fille doit se consumer d'une passion sans frein pour l'homme le plus vil, un homme dont l'honneur et les biens ainsi que la santé sont maudits par son propre destin, et qui se tient si bas, qu'il n'a pas son pareil dans la douleur sur toute la terre. (Apulée, Métamorphoses).

'Les besoins fondamentaux non satisfaits activent l'ascension vers une réalisation supérieure' (Abraham Maslow)1. Alors une âme réalise : „Quelle puissante tromperie ! Seigneur, mon Dieu, je voudrais m'oublier, ne regardant que ce en quoi je peux vous servir“ (Thérèse d'Ávila). Les femmes néolibérales s'adaptent généralement à l'ego des hommes. Les poisons mentaux {'on prend l'instable, l'impur, le mal pour le pur, le bien et pour l'âme' Patanjali, Yoga-Sutras II.5}, la cupidité, l'aveuglement, la haine, l'orgueil, la discorde en sont les conséquences : les guerres et les épidémies brisent Une humanité.

1Élie monta sur le sommet du Carmel, il se courba vers la terre et mit son visage entre ses genoux. Il dit à son serviteur :
Monte, et regarde du côté de la mer. Le serviteur monta, regarda et dit : Il n’y a rien. Élie lui dit sept fois de suite : Retourne.
La septième fois, le serviteur annonça : « Voilà un nuage, gros comme la paume de la main, qui monte de la mer.
(Livre des Rois 18:42-44)

L'ange lui répondit: Le Saint Esprit viendra sur toi,
et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre.
C'est pourquoi l’enfant sera saint et appelé Fils de Dieu. (Luc 1:35)

La parabole de l’intendant avisé
Jésus dit aussi à ses disciples : Un homme riche avait un intendant. On vint lui rapporter qu’il gaspillait ses biens. Il l'appela et lui dit : Qu'est-ce que j'entends dire à ton sujet ? Rends compte de ta gestion, car tu ne pourras plus gérer mes biens. L’intendant se dit en lui-même : Que vais-je faire, puisque mon maître m'enlève la gestion de ses biens? Travailler la terre ? Je n'en ai pas la force. Mendier ? J'en ai honte. Je sais ce que je ferai pour qu'il y ait des gens qui m'accueillent chez eux quand je serai renvoyé de mon emploi. Il fit alors venir, un par un, les débiteurs de son maître. Il demanda au premier : Combien dois-tu à mon maître ? Il répondit : Cent barils d’huile. Le gérant lui dit : Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante. Puis il demanda à un autre : Et toi, combien dois-tu ? Il répondit : Cent sacs de blé. Le gérant lui dit : Voici ton reçu, écris quatre-vingts. Le maître fit l’éloge de l’intendant malhonnête car il avait agi avec habileté ; en effet, les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière.

Du bon usage des richesses
Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l'aide de Mammon l'injuste, afin d'être admis dans les demeures éternelles quand tout sera fini. Celui qui est fiable dans les moindres choses l'est aussi dans les grandes, et celui qui commet l'injustice dans les moindres choses le fait aussi dans les grandes. Si donc vous n’avez pas été dignes de confiance ans la gestion des richesses injustes, qui vous confiera le bien véritable ? Et si, pour ce qui est à autrui, vous n’avez pas été dignes de confiance, ce qui vous revient, qui vous le donnera ? Aucun esclave ne peut servir deux maîtres ; ou bien il haïra l'un et aimera l'autre, ou bien il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez pas servir les deux, Dieu et Mammon.

Le jugement de Jésus sur les pharisiens
Quand ils entendaient tout cela, les pharisiens, eux qui aimaient l’argent, tournaient Jésus en dérision. Il leur dit alors : Vous, vous êtes de ceux qui se font passer pour justes aux yeux des gens, mais Dieu connaît vos cœurs. Car ce que les hommes considèrent comme grand est une abomination aux yeux de Dieu.

De la loi et du divorce
Jusqu'à Jean, on n'avait que la loi et les prophètes. Depuis, l'Évangile du Royaume de Dieu est annoncé et tous se pressent pour y entrer. Mais le ciel et la terre passeront avant que ne disparaisse la moindre lettre de la loi. Tout homme qui renvoie sa femme et en épouse une autre commet un adultère ; et celui qui épouse une femme renvoyée par son mari commet un adultère.

L'exemple de l'homme riche et du pauvre Lazare
Il y avait un homme riche, vêtu de pourpre et de lin fin, qui faisait chaque jour des festins somptueux. Devant son portail gisait un pauvre nommé Lazare, qui était couvert d’ulcères. Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais les chiens, venaient lécher ses ulcères. Quand le pauvre mourut, les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra. Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; levant les yeux, il vit Abraham de loin et Lazare tout près de lui. Alors il cria : Père Abraham, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper le bout de son doigt dans l’eau pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise.

Mon enfant, répondit Abraham, rappelle-toi : tu as reçu le bonheur pendant ta vie, et Lazare, le malheur pendant la sienne. Maintenant, lui, il trouve ici la consolation, et toi, la souffrance. De plus, un grand abîme profond et infranchissable a été établi entre vous et nous, pour que ceux qui voudraient passer vers vous ne le puissent pas, et que, de là-bas non plus, on ne traverse pas vers nous. Le riche répliqua : Eh bien, père, je te prie d’envoyer Lazare dans la maison de mon père. En effet, j’ai cinq frères : qu’il leur porte son témoignage, de peur qu’eux aussi ne viennent dans ce lieu de tourments ! Mais Abraham lui dit : Ils ont Moïse et les Prophètes : qu’ils les écoutent ! Il répondit : Non, père Abraham, ce n'est que si quelqu'un d'entre les morts vient à eux qu'ils se repentiront. Alors Abraham dit : S’ils n’écoutent pas Moïse et les Prophètes, ils ne se laisseront pas non plus convaincre quand quelqu'un ressuscitera d'entre les morts.

Mise en garde contre la séduction
Jésus disait à ses disciples : Il est inévitable que des séductions viennent. Mais malheur à celui qui en est responsable. Il vaudrait mieux pour lui qu'on le jette à la mer avec une meule en pierre autour du cou, plutôt qu’il ne soit une occasion de chute pour un seul des petits que voilà. Prenez garde !
(Luc 16:4-17:3)


La kundalini {femina serpentina} agit comme le venin de la furie du serpent : 'pénétrant profondément dans les entrailles, la traversant tout entière, [Kali] est excitée malencontreusement par une magie puissante, puis elle se déchaîne dans l'étendue de la ville, sans répit, dans la folie.' (Virgile, Enéide).

C'est la libre pensée progressiste des hommes : „Pas le temps de se repentir !“ qui nous vaut la guerre. 'Avec Belzébuth et ses anges'1 – le fils n'a pas laissé sa sœur présider – chasser les émotions dominantes chez les femmes : cela apporte le chaos, la maladie, la guerre contre les peuples, les pays, les villes. „Sur le matériel arbitrairement choisi s'étalent des schémas qui n'ont plus rien de commun avec l'humanité, avec 'l'âme humaine' : la morale des affaires asservit en vendant la liberté comme une autodétermination. Se déterminant soi-même, les femmes foulent aux pieds »l’autodétermination de la femme« ; pendant ce temps, les hommes ne considèrent même pas nécessaire d'écouter au moins la loi de l'esprit créateur de culture, par laquelle la féminité vit comme véritable Maitreya. 'Pavel Florensky : A Quiet Genius Tragic and Extraordinary Life of Russia's Unknown da Vinci', Avril Pyman, Cambridge University Press 2010. Dans l'éros spirituel des hommes, les villes, les continents brûlent. "Better to reign in hell, than serve in heaven" (Paradise Lost, John Milton) murmure-t-on.

1Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche: Retirez-vous de moi, maudits;
allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. (Matthieu 25:41)

Alors on lui amena un démoniaque aveugle et muet, et il le guérit, de sorte que le muet parlait et voyait. Toute la foule étonnée disait: N'est-ce point là le Fils de David? Les pharisiens, ayant entendu cela, dirent : Cet homme ne chasse les démons que par Béelzébul, prince des démons. Comme Jésus connaissait leurs pensées, il leur dit: Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne peut subsister. Si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même; comment donc son royaume subsistera-t-il? Et si moi, je chasse les démons par Béelzébul, vos fils, par qui les chassent-ils? C'est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. Mais, si c'est par l'Esprit de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc venu vers vous. Ou, comment quelqu'un peut-il entrer dans la maison d'un homme fort et piller ses biens, sans avoir auparavant lié cet homme fort? Alors seulement il pillera sa maison. Celui qui n'est pas avec moi est contre moi, et celui qui n'assemble pas avec moi disperse. C’est pourquoi je vous dis: Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l'Esprit ne sera point pardonné. Quiconque parlera contre le Fils de l'homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. Ou dites que l'arbre est bon et que son fruit est bon, ou dites que l'arbre est mauvais et que son fruit est mauvais; car on connaît l'arbre par le fruit. Races de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes choses, méchants comme vous l'êtes? Car c'est de l'abondance du cœur que la bouche parle. (Matthieu 12:22-34)


Malheur, quand le saint ordre, fille du ciel bénie, qui lie le même librement et facilement et joyeusement, qui fonde les villes, se libère comme un ardent minerai dans des torrents de flammes ! Faisant rage aveuglément, le craquement du tonnerre fait voler en éclats la maison fissurée, comme si des mâchoires ouvertes de l'enfer il crachait la destruction dans les flammes. Lorsque les peuples se libèrent ainsi le bien-être ne peut prospérer.
(Schiller: Le Chant de la cloche)
1.

1Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal,
qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres,
qui changent l'amertume en douceur, et la douceur en amertume!
(Ésaïe 5:20)


'Love brought us from the world of unity to that of variety, and the same force can take us back again to the world of unity from the world of variety'
(Hazrat Inayat Khan, Bowl of Saki).
Pour bénéficier des hommes non seulement en tant que maîtres physiques, mentaux ou spirituels, mais aussi en tant »qu'amis salutaires«, il faut cette illumination qui transfigure tous les sentiments aliénés et imprimés, ne laissant que la beauté. „L'enseignement de Diotime pose, découvre, révèle l'insistance d'un tiers qui est toujours là et qui permet de progresser : de la pauvreté à la richesse, de l'ignorance à la sagesse, du mortel à l'immortel. Pour elle, cela signifie toujours une plus grande perfection de l'amour et dans l'amour. C'est l'amour lui-même qui mène à la connaissance. Elle, l'amour, est à la fois le guide et le chemin. La médiatrice par excellence.“ (Luce Irigaray : Le Banquet - Discours de Diotima, conférence à l'Université Erasmus de Rotterdam 1982-09-22).


II.  De la raison des seigneurs et des dames

Dans le pouvoir d'Ester, le monde se déchaîne en armes
'La reine ne doit plus apparaître aux yeux du roi ; que le roi accorde maintenant le rang de reine à une plus jeune, plus digne qu'elle'1. „J'ai trébuché quand je voyais.“ (Shakespeare, Le Roi Lear). Et le serpent mangea furtivement l'herbe d'immortalité au bord du puits. (Gilgamesh XI).

1Si le roi le trouve bon, qu'on publie de sa part et qu'on inscrive parmi les lois des Perses et des Mèdes,
avec défense de la transgresser, une ordonnance royale d'après laquelle Vasthi ne paraîtra plus devant le roi Assuérus
et le roi donnera la dignité de reine à une autre qui soit meilleure qu'elle. (Esther 1:19)


Chute d'Adam
Vieille femme, matrone, que fais-tu encore ici ?: tu as accouché !“ (Rilke, Alceste) ; 'He, he, he, que la vieille s'en aille !' (Rusálka, Dvorák) ; „Le sol sera maudit à cause de toi“1. Le manque de discipline spirituelle de l'homme a fait de l'Esprit du monde {taureau ailé}, porteur de la sagesse, le 'diable' non créateur porteur de sabots [Mephostophiles (me : pas ; photos : lumière ; philos : amant ; mephītis : puant ; tophel : menteur) signifie : 'menteur, non-amant de la lumière féminine divine']. Le corps de la chimère radieuse (Sphinx) a été transformé en chèvre puante ; 'ici le poumon halète, là l'odeur sourd' (Herder), et son dard de scorpion s'est réveillé.

1Il dit à Adam: Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l'arbre dont je t’avais interdit de manger :
le sol sera maudit à cause de toi. Tu en mangeras avec peine tous les jours de ta vie.
L'homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs.
Mais, pour l'homme, il ne trouva point d'aide semblable à lui. (Génèse 3:17; 2:20)
.


Perfide devise dans le dialogue
: les hommes doivent éviter que d’être reconnu pour ce qu'il sont. „Ne permettez jamais que l'on reconnaisse le diable à votre apparence. Présentez-vous comme le gentil garçon d'à côté. Totalement inoffensif. Jouez le rôle de l'insignifiant. Vous savez, l'idiot, le déstabilisé ! (The Devil's Advocate, Hackford).

Tout comme le soleil illumine la lune, la féminité spirituelle illumine le service de la sphère de l'âme du rayon créatif des créateurs culturels. Et autant l'intelligence reçoit d'esprit fraternel, autant elle renouvelle l'environnement. Car comme les cornes pour la vache, la couronne divine de la femme est "l'organe de succion", recréant à partir du dharma de l'ordre lunaire 'le système solaire dans la Voie lactée'. En même temps, le 'regard de la femme' diffuse à travers son cœur l'encouragement dans l’âme de l'homme. C'est ainsi que les femmes agissent, en tant que jardinières, leur ordre plein de sagesse. L'état de ce tout est tel qu'il ordonne toutes les parties.


Tavistock-working conference – Dialectique de la vérité
'Une vérité vaillante, capable d'éveiller et de bouleverser ce qui sommeille dans nos profondeurs, capable d'éclairer nos ténèbres : une vérité qui vit et qui est prête à s'avancer parmi les vivants - ne conserve pas longtemps sa noble simplicité. Sa vitalité intérieure fait tout exploser. La face cachée de la vérité est l'émergence de ses contradictions internes et ce grand mystère fondamental que nous appelons »dialogue«.' (Gershom Scholem). Sans la rigueur Geburah (Din), sans le „non!“ du divin féminin collectif, une volonté irrépressible de puissance grandit chez le masculin, une pression 'd'assurer leur sentiment de la personnalité ,de changer le monde' (Alfred Adler, Sur le caractère nerveux). Pendant ce temps bouillonne dans la matérialité, du „oui“ manquant de la virilité de l'âme créative, l'autonomie féministe, la réticence à l'hypocrisie face aux imperfections et incomplétudes personnelles. Le moine croit : „Je devrais être mignon, sacrificiel et pieux“. Tandis que l'homme du monde tonne „Je veux être puissant, respecté, un type gagnant“, ce à quoi la spiritualité lui enseigne : 'indépendant, détaché et parfait'. Ainsi les hommes sont aliénés de leur nature humaniste, empêchés de réaliser leur potentiel spirituel. Tout cela aggrave 'chaleur et misère, pauvreté, la faim' – avec les conséquences de: la guerre.

„Au-delà de la nature inférieure de l’homme [en arabe: Nafs; Bhagavad-Gita 2 :45 : 'les trois Gunas'1] il y a une énergie supérieure qui vient de Moi, qui est la sagesse du sentiment de communauté spirituelle des femmes, et qui permet l'épanouissement des aspirations culturelles de l'âme des hommes, qui lutte contre la liberté démoniaque et maintient la paix dans le monde.“2 Plus on désire en savoir sur cette force pacificatrice et ainsi purifie les 'huit composantes de sa nature inférieure' [le troupeau de porcs qui se précipite en bas de la pente dans le lac et périt dans ses flots3 avec le 'Cerbère au royaume gourmand de l'enfer' de Dante], plus la vision se révèle. „Il ne s'agit pas ici de compassion, mais de tout autre chose : il n'y a rien de plus honteux que la vue d'hommes rabaissés à l'inhumanité !“ Albert Camus.

1Dépasse, ô Arjuna, les trois gunas, ces influences de la nature matérielle qui des Védas font l’objet premier.
Libère-toi de la dualité, abandonne tout désir de possession et de paix matérielle ; sois fermement uni au Soi.
(Bhagavad-gita 2:45)

2Les cinq éléments (conditions préalables à l’existence matérielle), le mental (avec ses divers sens et outils),
la raison et l’ego : telle est ma nature divisée en huit. Mais ce n’est là que la nature inférieure.
Reconnais maintenant, ô puissant aux bras, aussi mon autre nature, qui est différente de celle-ci, Mon être sublime.
Cela devient Jiva à travers lequel ce monde est soutenu et soutenu. (Bhagavad-gita 7:4-5)

3Les démons priaient Jésus, disant: Si tu nous chasses, envoie-nous dans ce troupeau de pourceaux.
Il leur dit: Allez! Ils sortirent, et entrèrent dans les pourceaux. Et voici, tout le troupeau se précipita des pentes
escarpées dans la mer, et ils périrent dans les eaux. (Matthieu 8:31-32)

 

>> La table des matières      >> Dieu sensible au cœur – Raisons et conséquences de "la religion"

   

deutsch

english

español

italiano

   
   
 


We are looking for someone to translate this page of "essence  Alpha et Omega" from German into French
or any other language. If you are interested, kindly contact:  forum_women-global-ethics(at)liwest.at.

 

http://www.women-global-ethics.com


MILLENNIUM  MUSIC  POETRY
essence  Alpha et Omega

La table des matières des chapitres séparés:

Symphonie des Friedens
»significatio passiva«
Zhikr
Prologue
A. Le Livre des Chants
B. Situation: Anamnèse et anā-Lyse
C.
I. Des images intérieures
    
II. De la raison seigneuriale
D.
Dieu sensible au cœur
E. Souffrance du cœur et Résilience
F.
La réponse de l’univers: 'merveilles de dieu'
G.
Questions
H.
Appel aux femmes
I. Global Warning
    Kulturanalytischer Dialog
J. Der Interreligiöse Dialog
K.
Ethique et conscience planétaire
L. Connaissance et vision

M.
I. Der Frauen geheiligte Wissenschaft ist die Schöpferin des Neuen Zeitalters
    
II. Vénération de l'aspect féminin de Dieu
    
III. Seelenkultur und Planetarisches Bewusstsein
    
IV.
Von der Bedeutung des Erbarmens
    
V. Saint Graal 
– Am Abend wird Licht sein
    
VI.
Von der Vermählung
N.
Coeur culturel et Immaculée conception
O. La situation de la relation sur la planète terre
P.
Les hormones curatives et les substances intoxicantes
Q.
Integral Ethics
    
Dialogue
R. Women-Universel-Global-Ethics
S.
Heilen mit der weisen Schlange
T.
Interreligious Sciences of Sacred Art-Therapy
U. New Mythology – the religion after the religions 
V. Transcultural Mentoring
W.
Transkulturalität und Menschheit
X.
Prières et Chants
Y. L'Universel – Intertextual Human Experience
Z.
last words
Interreligious Sciences of Sacred Art-Therapy (ISSAT)
Omega
Canticum Graduum
The Cosmic Mandala

Du battement d’aile des papillons